C'est un de mes premiers souvenirs de larmes au cinéma je crois. Richard Gere qui revient chercher sa bien aimée Julia Roberts, en limousine blanche dans un quartier mal famé de New York et en criant "Viviane princesse Viviane" avec la musique à fond et un énorme bouquet de roses.

Je ne suis pourtant pas tellement fleur bleue et romantique mais en ce moment même le cucul la praline me comblerait, c'est dire....

Bref, rien à voir avec la couture mais c'est ce que Viviane m'évoque maintenant. Je n'en suis pourtant pas à ma première version....

M'étant remise à coudre, je me suis penchée sur mon (astronomiquement énorme) stock, bien décidée à lui faire un sort. Mes filles ont été mises à contribution et elles ont eu l'immense privilège de pouvoir choisir leurs tissus pour leur future collection printemps été. J'ai d'ailleurs eu de sacrées surprises! Fini le rose pour Olivia, elle est dans sa période bleue turquoise (Elsa sort de ce corps) mais pas que. Elle a choisi du jaune, du chocolat, du rouge, du orange, bref tout un tas de choses que je n'aurai jamais osé lui proposer. Comme quoi. J'ai aussi cédé 2 tissus que j'avais choisi pour moi au salon CSF avec Madame 3 étoiles et je sais déjà ce que je vais en faire.

Mais il y a un coupon que je voulais absolument garder pour moi et moi seule. Acheté aussi au salon, c'est une très jolie viscose Anna Ka bazaar, fluide, légère et non transparente, que je voulais transformer en Viviane.

Quand je l'ai à nouveau eu dans les mains, j'ai hésité.... J'avais envie de nouveauté. J'ai beaucoup réfléchi et puis je suis revenue à ma première idée. Viviane!!!!!

J'avais acheté un passepoil doré pour rehausser un peu ce tissu mais finalement je l'utiliserai autrement.

Il faut te dire quand même que j'ai accompli un petit miracle avec ce tissu. Où plutôt avec ma surjeteuse. Oui ma surjeteuse qui n'est toujours pas mon amie..... Sauf cas exceptionnel.

Je fais toujours un essai avant et là c'était plus qu'indispensable. Au premier essai, ce tissu hyper fluide et léger faisait d'épouventables fronces lors de l'assemblage à la surjeteuse. Sueurs froides terribles dans mon dos, sentiment de nullité suprême. Bref désespoir. Et là j'ai ressorti ma bible (oui son auteur peut s'apparenter à une déesse), couture à la surjeteuse et à la recouvreuse de Christelle Beneytout (que j'avais eu la chance de rencontrer au salon CSF justement). Et j'ai fait tout comme elle dit ma déesse. Et ça a marché!!!!! Plus de fronces. Je ne saurai plus vous dire le réglage exact mais en gros j'ai diminué la tension du surjet et j'ai aussi mis au plus bas la vitesse d'entrainement (enfin je crois que ça s'appelle comme ça...). Un vrai miracle pour moi.

Pour ce qui est de la taille j'ai à moitié merdouillé... J'avais déjà décalqué le patron en taille 40 mais entre temps j'ai perdu quelques kilos et quelques cm (pas en hauteur heureusement, juste en largeur). Mais j'ai eu une grosse flemme de le redécalquer en 38. Alors j'ai repris mon 40 mais je n'ai pas ajouté les marges de couture. J'avoue (oui j'avoue) que je suis un poil juste au niveau des emmanchures. Mais sinon pour le reste elle est parfaite. Cette fois pas de massacre à la surjeteuse donc elle fait une longueur normale. Toujours pas d'ouverture dans le dos puisque j'arrive à l'enfiler comme ça (il faut tester avant parce que pour les grosses têtes ça peut être très limite je pense).

Voilà je l'aime d'amour et, comme d'habitude avec Viviane, je me la pète grave.

Attention photos prises par ma fille, donc parfois un peu floues.....

20160214_162214

 

20160214_162217

 

20160214_162225

 

20160214_162230

 

20160214_162251

 

20160214_162301

 

20160214_162531

 

20160214_162541

 

20160214_163018

 

A bien y regarder de plus près, elles sont TOUTES floues!!!!! Mais c'est déjà mieux que rien.

A bientôt, promis.